Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous 3 faits sociaux que j’appellerai des mystères indonésiens qui me paraissent étranges et pour lesquels je n’ai que des explications partielles.

Le arisan, le kuku panjang et le cercueil sur facebook

 

Le arisan

 

Si vous vivez en indonésie ou si vous connaissez des indonésiennes, vous avez certainement entendu parler d’un arisan.

Toutes mes copines indonésiennes participent de temps en temps ou ont participé à un arisan.

Qu’est ce que le arisan?

 

Un arisan est une forme d’association d’épargne et de crédit dans la culture indonésienne, une forme de microfinance, de tontine.

Généralement, l’arisan est un rassemblement social de femmes qui se déroule à un intervalle fixe (ceci étant informel et pouvant être variable), dans un lieu que choisit chaque membre à son tour.

L’ordre de passage est tiré au sort entre les membres (en général sur 10 mois il y a 10 membres). Le membre en charge d’organiser le rassemblement (du mois par exemple) reçoit le paiement de chaque autre membre et invite les autres à une collation ou un repas.

 

 

A la fin du arisan (après 10 mois sur un arisan de 10 mois par exemple), tous les membres ont reçu la somme qu’ils ont eux même versés.

Le arisan est une sorte de crédit, pour par exemple financer une création de petite entreprise, un mariage, ou un gros achat.

les montants peuvent être considérables quand les femmes concernées sont très fortunées.

 

 

En tant que source de financement, il représente une alternative aux prêts bancaires et autres formes de crédit.

En général, aucun intérêt n’est payable en soi dans l’arisan, et les formules varient au niveau régional au sein de l’Indonésie.

Le « kuku yang panjang » (ongle long)

 

J’ai eu l’occasion de croiser à Java des hommes qui avait les ongles des pouces vraiment très longs

  • beaucoup de chauffeurs de taxi 
  • des vendeurs d’artisanat ou de pierres

 

 

Au début je pensais que c’était un symbole de reconnaissance, un genre de marque d’appartenance à un groupe, une corporation. Après leur avoir demandé, j’ai eu tout un tas de réponses différentes :

  • « C’est un hobby »
  • « Il n’y a aucune raison particulière, j’aime bien, c’est tout »
  • « ça me sert pour ouvrir des enveloppes, des boîtes »
  • « Je m’en sers de mediator pour jouer de la guitare »
  • « c’est pratique pour se nettoyer le nez et les oreilles »
  • « C’est  un symbole de virilité »

J’ai trouvé une raison plus ancienne qui me satisfait plus.

Bhima 

A travers l’histoire et la littérature indojavanaise :

Traditionnellement, un ongle long agirait comme une amulette, il porterait chance et immuniserait contre les maladies et toutes sortes de dangers »

Pendant des centaines d’années l’hindouisme était la religion dominante en Indonésie, et il continue d’avoir une influence énorme dans la culture indonésienne. Dans l’une des histoires hindoues célèbres (Mahabarata) il y a un personnage (Bima ou Bhima) qui avait de longs ongles de pouce.

 

 

Voici les exploits de Bhima:

Il avait une puissance égale à celle de 10 000 éléphants.

Il a réussi à vaincre 6 000 soldats en même temps.

Bhima avait un ongle du pouce droit particulièrement long. Il l’a utilisé comme une arme, et avec elle a été capable de vaincre son ennemi. Par implication, cet ongle était donc « magique ».

Le jamu (médicament traditionnel)

Kuku Bima = Les Ongles de Bima

C’est un mélange d’ingrédients qui doit être mélangé à de l’eau et bu.

Le fabricant affirme que la consommation de cette mixture composée d’hippocampe (kuda laut) et de ginseng agirait comme un aphrodisiaque et permettrait aux hommes de surmonter les problèmes sexuel, à savoir : l’impuissance, l’éjaculation précoce, le dysfonctionnement érectile et le manque d’énergie.

Il redynamiserait la vitalité et la virilité, améliorerait la qualité du sperme, et la fertilité.

 

Souvent les personnes qui ont des ongles de pouce longs ne connaissent pas les racines culturelles de cette pratique.

 

Le cercueil sur facebook

J’ai beaucoup d’amis facebook qui habitent dans la région de Manado et parfois, je suis choqué qu’ils mettent des photos de leurs morts dans leurs cercueils sur facebook.

Après avoir interrogé une amie de là bas, j’ai partiellement eu une réponse à ce que moi, j’ai vraiment du mal à regarder sur un tel média.

Dailleurs, je ne mettrai pas de photo comme illustration de cet article, juste une image de blanche neige dans son cercueil (c’est vous dire comme ça me choque…)

 

 

En Indonésie, en particulier dans la région de Manado (sulawesi) , les gens qui partagent sur facebook les photos des cercueils avec un proche décédé à l’intérieur le font car ils veulent informer leurs connaissances et la famille éloignée de la situation.

Comme ça, ceux qui vivent loin de l’endroit ou la personne est décédée sont au courant.

Facebook, très utilisé en Indonésie est devenu le média pour prévenir les gens éloignés des évènements qui arrivent aux uns et aux autres.

Ils veulent laisser les autres savoir ce qui se passe devant leurs yeux, mais sans toujours comprendre et réaliser la puissance de Facebook qui peut aller dans le monde entier.

 

Et vous, avez vous d’autres « mystères indonésiens » dont vous aimeriez connaitre l’origine? N’hésitez pas à commenter cet article